fatigue en début de grossesse

La fatigue en début de grossesse, noon !

Article mis à jour le

Dès les premières semaines de grossesse, beaucoup de femmes ressentent particulièrement les effets de la fatigue. Pour ma part, j’enchaînais grasses matinées et siestes. Difficile de faire autrement, l’appel du lit était plus fort, mon corps réclamait du repos, du repos et encore du repos.

A peine enceinte et déjà épuisée ?

L’arrivée de la fatigue en début de grossesse s’explique :

  • par un afflux important de progestérone, l’hormone indispensable pour la grossesse ! Elle est en cause dans bien des maux : fatigue extrême, envies fréquentes d’uriner et autres joyeusetés.
  • mais aussi, parce que notre organisme est tout simplement chamboulé. Eh oui, qui a dit que c’était facile de fabriquer un bébé ? Avec un volume sanguin qui augmente dès la conception, notre cœur qui bat plus vite, on est vite essoufflée et surtout, on consomme plus d’énergie !

Une fatigue qui tombe à pic !

Les premières semaines de grossesse sont souvent les plus critiques. C’est pourquoi, il est important de lever un peu le pied et si on a tendance à l’oublier, la nature est assez bien faite pour nous le rappeler !

Écouter son corps

Au lieu d’essayer de lutter contre la fatigue en début de grossesse, essayez plutôt de vous chouchouter et de faire le plein de sommeil pendant qu’il est encore temps (avec bébé dans les parages, il sera trop tard !). Au travail, une micro sieste de 15 minutes est très bénéfique. Sinon, prenez quelques minutes pour vous retrouvez seule et vous reposer, au calme.

A la maison, organisez vos journées différemment si vous le pouvez et dormez dès que vous en ressentez le besoin. Fini de culpabiliser ! Vous êtes une future maman.

Et si trop dormir nuisait au sommeil ?

Dormir la journée quand on est fatiguée, c’est bien. Mais si c’est au détriment de vos nuits, mieux vaut s’abstenir ! D’autant plus que pour bon nombre de femmes enceintes, le sommeil est souvent agité. Il n’y a pas de règle absolue. Alors, à vous de bien doser votre quota d’heures et tout ira comme sur des roulettes ! (ou presque, hum).

C’est comme les collations.
Prendre de la nourriture avant le repas, même en petite quantité, peut vous couper complètement l’appétit.

– Grace Pien
Médecin et spécialiste du sommeil au Center for Sleep and Respiratory Neurobiology de l’université de la Pennsylvanie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.